Kiosque du parc du Contades. 
Claude Menninger (c) Région Alsace - Inventaire général

Dossiers numérisés

Charpente du toit des anciens haras nationaux de Strasbourg. Frédéric Harster, 2010.

Les opérations de maintenance destinées à rétablir l’accès aux dossiers numérisés sont achevées.

Vous pouvez désormais consulter près de 25 000 dossiers d’œuvres (architecture et objets mobiliers) depuis cette page. Trois modes d’accès vous sont proposés : un accès par nom de commune, un accès par étude pour ce qui concerne les études du patrimoine scientifique de l’Université de Strasbourg ou un accès global.

Nous vous remercions pour votre patience et vous souhaitons une belle découverte du patrimoine alsacien.

Illustrations de l’article : charpente du toit des anciens haras nationaux de Strasbourg, 2010. Frédéric Harster (c) Région Grand Est – Inventaire général et kiosque du parc du Contades, 2009, Claude Menninger (c) Région Grand Est – Inventaire général.

Lire la suite

Ossuaire-0

Patrimoines de la Grande Guerre

HartmannswillerkopfDans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre Mondiale, l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Grand Est a présenté l’exposition « Patrimoines de la Grande Guerre », du 12 octobre au 4 novembre 2016 à la Maison de la Région à Strasbourg.

Destinée à un large public, l’exposition explore les patrimoines de la Grande Guerre au travers de quatre entrées thématiques : « se battre », « guerre et dévotion », « se souvenir », « reconstruire ou pas ».

L’exposition met en avant les traces et témoignages de la Première Guerre Mondiale qui subsistent dans le Grand Est, l’un des principaux théâtres d’opération du conflit. Fruit du travail commun des trois équipes du service de l’Inventaire général du patrimoine culturel du Grand Est, elle entend poser un regard photographique sur ce patrimoine pour mettre en valeur toute sa richesse et sa diversité.

Illustrations : l’Ossuaire de Douaumont, monument des Chasseurs alpins au Hartmannswillerkopf et vue aérienne du Fort de la Pompelle à Reims. Gilles André, Christophe Hamm, Jacques Philippot (c) Région Grand Est – Inventaire général.

L’exposition virtuelle vous est présentée en quatre sections précédées d’une introduction, « Marquer la frontière ». Pour débuter la visite de l’exposition, cliquez sur ce lien.

Lire la suite

fig 1_13_St Marie aux Mines Mongoutte 1

Mourir pour la patrie ?

Hy

Régions-frontières, l’Alsace et la Moselle ont été tout à la fois enjeux et victimes des trois grands conflits meurtriers des XIXème et XXème siècles. Marquée par autant de changements successifs de nationalités entre France et Allemagne, la commémoration des « morts pour la patrie » y constitue un enjeu mémoriel particulier, douloureux et parfois délicat.

Aux côtés des nécropoles nationales érigées à proximité des champs de bataille, les monuments aux morts qui sont élevés au lendemain de la Première Guerre mondiale illustrent ainsi, par la spécificité et la diversité de leur iconographie, cette histoire tourmentée. Comment commémorer le sacrifice pour la patrie alors que la majorité des morts ont combattu pour le camp adverse ? Comment panser ses plaies dans le contexte du retour à la France ? Les thèmes guerriers et la représentation du soldat vainqueur s’effacent au profi t de nombreuses allégories à l’antique, féminines et intemporelles, ou de scènes religieuses.

Fruit d’un regard croisé entre historien et historiens de l’art, l’ouvrage entend faire mieux connaître ce patrimoine si spécifique près d’un siècle après son édification.

L’ouvrage est disponible en librairie ou sur le site de l’éditeur.

Auteurs :

Bernadette Schnitzler, conservateur en chef du Patrimoine, chargée du Musée Archéologique de Strasbourg
Olivier Haegel, Inventaire général du Patrimoine culturel – Alsace
Jean-Noël Grandhomme, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine

Photographes :

Christophe Hamm, Frédéric Harster, Simon Pagès, Inventaire général du Patrimoine culturel  – Alsace, Région Grand Est
Gilles André, Bertrand Drapier; Alain George, Gérard Coing, Inventaire général du Patrimoine culturel – Lorraine, Région Grand Est

Octobre 2016
112 pages
Format 15 x 21 cm
Prix de vente : 10€
ISBN : 9782362191381

Illustrations : cimetière militaire allemand de Montgoutte, Sainte-Marie-aux-Mines et Monument aux Morts de Wintzenbach. Christophe Hamm et Frédéric Harster (c) Région Grand Est – Inventaire général

Lire la suite

Ossuaire-0

L’exposition « Patrimoines de la Grande Guerre » est en ligne

HartmannswillerkopfDans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre Mondiale, l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Grand Est à présenté l’exposition « Patrimoines de la Grande Guerre », du 12 octobre au 4 novembre 2016 à la Maison de la Région à Strasbourg.

L’exposition est désormais proposée en ligne.

Illustrations : l’Ossuaire de Douaumont, monument des Chasseurs alpins au Hartmannswillerkopf et vue aérienne du Fort de la Pompelle à Reims. Gilles André, Christophe Hamm, Jacques Philippot (c) Région Grand Est – Inventaire général.

07511119NUCA pompelle

Lire la suite

20116700930NUC2A

Une appli pour le patrimoine de l’Université de Strasbourg

Profitant du chaleureux accueil réservé par le public à l’application la Neustadt de Strasbourg lancée en 2014, l’Inventaire du Patrimoine – Alsace enrichit sa collection de produits numériques pour faire découvrir le patrimoine autrement.

Associé au Pôle Archéologique interdépartemental Rhénan, l’Inventaire a ainsi lancé en septembre 2016 une « boîte à applis », basée sur une solution technique conçue par Chlorophyll Vision, destinée à générer en autonomie des applications de découverte patrimoniale et touristique.
La première application conçue dans « la boîte » est consacrée au riche patrimoine de l’Université de Strasbourg et réalisée avec le Département d’Histoire des Sciences de la Vie et de la Santé et le Jardins des Sciences de l’Unistra.

Toutes les informations et les liens de téléchargement de l’application sont disponibles ici.

Illustration : le bâtiment Mollinger, dans lequel est installée la Direction générale des Hôpitaux universitaires de Strasbourg. Frédéric Harster (c) Région Grand Est – Inventaire général

Lire la suite

Tissage et filature Steffan et Appenzeller, usine d'impression sur étoffes Steiner, vue de la partie est de l'usine, prise depuis le château fort Saint-Ulrich.

Le pays de Ribeauvillé

couv_ribeauPrenant en écharpe l’Alsace centrale, le pays de Ribeauvillé s’étend de la moyenne montagne vosgienne jusqu’à la vallée du Rhin. Pays des vins d’Alsace, il est aussi de longue date l’étape indispensable de tout circuit touristique grâce à ses chefs d’œuvres architecturaux et au caractère typique de ses villages. En enrichissant ses propriétaires, le terroir si généreux du vignoble a en effet largement favorisé la constitution d’un patrimoine particulièrement intéressant.

Ce livre présente les aspects les plus marquants du patrimoine des 16 communes du pays de Ribeauvillé et de son architecture : fermes de montagne ou de plaine, maisons de vigneron ou de pêcheur, maisons bourgeoises en pan de bois ou en pierre, édifices et mobilier religieux de qualité exceptionnelle. La richesse du patrimoine, l’organisation traditionnelle des villages et la volonté des habitants de préserver leur cadre de vie confèrent à ce territoire un caractère pittoresque d’une renommée internationale.

Largement illustré, ce livre propose une introduction historique puis un parcours de la montagne vers la plaine, à travers les 16 localités du pays de Ribeauvillé. Une large place est laissée aux riches bourgades de Ribeauvillé et Riquewihr, fleurons du patrimoine alsacien.

Patrimoine d’Alsace n°13, Editions Lieux-Dits
120 pages
320 images
ISBN : 9782914528306

Photo de couverture : les vignes autour de Saint-Hippolyte, Claude Menninger, Bernard Couturier (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.
Illustration de l’article : tissage et filature Steffan et Appenzeller, usine d’impression sur étoffes Steiner, vue de la partie est de l’usine, prise depuis le château fort Saint-Ulrich. Claude Menninger (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

Centrale hydroélectrique de Stosswihr. Vue d'ouest en est.

Des usines au fil de la Fecht, le patrimoine industriel de la Vallée de Munster

couv_fechtEntre plaine alsacienne et Massif vosgien, la vallée de Munster jouit, au plan régional, d’une notoriété bien assise liée à sa production fromagère et à ses paysages pittoresques marqués par un caractère alpestre. Mais la vallée de Munster connut aussi, à l’instar des autres contrées vosgiennes, une industrialisation galopante orientée vers la transformation des fibres de coton. Si Mulhouse apparaît comme le principal centre haut-rhinois de l’industrie cotonnière, Munster s’impose dès la fin du XVIIIe siècle, comme l’un de ses foyers secondaires.

Ce livre attire l’attention du promeneur sur l’héritage architectural et paysager de cette aventure industrielle qui anima la vie de la vallée de Munster durant près de 200 ans. L’ouvrage retrace le développement industriel de la vallée puis détaille son patrimoine industriel à travers 5 itinéraires de visite, des premières scieries et moulins aux usines en béton armé, en passant par l’atelier en toit de shed et l’urbanisme patronal de la ville de Munster.

Parcours du Patrimoine n°333, Editions Lieux-Dits
Mai 2008
72 pages
ISBN : 9782914528528

Photo de couverture : détail de la chaudière de l’ancien tissage Immer-Klein à Sondernach, aujourd’hui usine Aqua-Vosges.
Illustration de l’article : centrale hydro-électrique de Stosswihr. Vue d’ouest en est.
Les deux photographies ont été réalisées par Christophe Hamm (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

La grande coupole de l'Observatoire astronomique

L’observatoire astronomique de Strasbourg

couv_observatoireL’observatoire astronomique de Strasbourg, réalisé dans les années 1880, est le témoin des évolutions scientifiques et techniques que connaît l’astronomie depuis la fin du XIXesiècle. Tour à tour allemand ou français, cet observatoire, aujourd’hui encore lieu de recherche universitaire, est également le témoin de l’histoire politique de l’Alsace. Ainsi s’explique la richesse de son patrimoine architectural et instrumental.

Ce livre entreprend une visite complète des sites, et se poursuit avec une collection exceptionnelle par sa valeur scientifique et historique, comme les sextants ayant appartenu à l’explorateur Alexandre de Humboldt, les astrolabes des XIIIe et XVIe siècles ou le globe de Coronelli, et enfin les écrits des grands noms du passé tels que Dasypodius, Tycho Brahé, Kepler ou Galilée.

Parcours du Patrimoine n°352, Editions Lieux-Dits
Septembre 2009
72 pages
ISBN : 9782914528733

Illustration de l’article et photo de couverture : la grande coupole de l’observatoire, Claude Menninger (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

Jardin du lotissement concerté, Nouveau Quartier, actuellement square de la Bourse. Boulingrin central et platanes devant la façade de la Société Industrielle de Mulhouse.
rantisek Zvardon (c) Région Alsace - Inventaire général

Jardins en Alsace : quatre siècles d’histoire

couv_jardinsQue sait-on de l’histoire des jardins en Alsace ? Ils sont à la fois l’expression et les témoins d’une multitude de savoir-faire techniques, artistiques ou scientifiques, de modes de vie et de sensibilités. S’intéresser aux jardins, c’est interroger la géographie et le climat, les plantes et leur histoire mais aussi l’histoire de l’art et de l’architecture. Celle du goût et des idées y est perceptible, tout comme les jalons de l’histoire des paysages urbains ou ruraux. En évoquant quatre siècles de création, ce livre replace l’Alsace dans l’histoire européenne de l’art des jardins et met en avant la richesse de ce patrimoine longtemps négligé.

Ce panorama des parcs et jardins d’Alsace témoigne d’une diversité inattendue jardins réguliers « à la française » des XVIIème, XVIIIème ou XXème siècles, parcs paysagers, parcs urbains, jardins liés à l’industrie, jardins ouvriers et cités-jardins, ou encore jardins du thermalisme et collections botaniques…

Hors-collection, Editions Lieux-Dits
Novembre 2010
224 pages
310 illustrations
Prix de vente 40 euros TTC
ISBN 978-2-36219-006-3

Photo de couverture : Ottrott, un hêtre remarquable dans le parc du Windeck.
Illustration de l’article : Mulhouse, la place de la Bourse et le bâtiment de la Société Industrielle.
Les deux photographies ont été réalisées par Frantisek Zvardon (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

Couvent de récollets puis de jésuites, Saverne.
Claude Menninger (c) Région Alsace - Inventaire général

1400, l’Alsace dans l’Europe gothique

couv_1400Au tournant du XVème siècle, d’un bout à l’autre de l’Occident, la création artistique est marquée par un langage commun, raffiné, linéaire et fluide, appelé en allemand weicher Stil ou «style moelleux». Ce «gothique international» reflète les nombreux échanges entre les grands centres artistiques que sont alors les principaux lieux de pouvoir en Europe. Dans ce contexte l’Alsace -et notamment Strasbourg- fait preuve en cette fin de Moyen-Age d’une grande vitalité artistique dont témoigne cet ouvrage, comme l’exposition qu’il complète (Strasbourg 1400, un foyer d’art dans l’Europe gothique, du 14 mars au 15 juin 2008, musée de l’œuvre Notre-Dame, Strasbourg).

Construit autour de quatre thèmes qui sont autant de promenades artistiques parmi les édifices les plus remarquables d’Alsace, de Bâle et du Bade-Würtemberg, Alsace 1400 emmène le lecteur à la découverte d’œuvres et de monuments représentatifs du mode de vie et de la production de Strasbourg et des autres foyers artistiques du Rhin Supérieur. Une «marque» régionale qui transparaît dans les grands chantiers de l’époque, tels les cathèdrales de Strasbourg et de Fribourg-en-Brisgau, l’abbatiale de Niederhaslach ou la collégiale de Thann, des réalisations qui combinent architecture, sculpture et art du vitrail.

Les quatre chapitres correspondent à quatre circuits, mis en valeur sur les sites par une signalétique particulière :

  • Strasbourg, images d’une ville en 1400.
  • Parcours en ville / Seigneurs, bourgeois et clercs, les formes du pouvoir en Alsace autour de 1400.
  • Parcours en Alsace du Nord / Construire et habiter (maisons à pan de bois).
  • Parcours en Centre Alsace / Les grands chantiers et leurs influences en 1400. Parcours de part et d’autre du Rhin.

Fruit de la recherche de nombreux spécialistes en histoire médiévale et histoire de l’art, l’ouvrage bénéficie également d’une iconographie exceptionnelle, qui offre une vision souvent inédite et émouvante de ces chefs d’œuvre de l’art gothique.

Hors-collection, Editions Lieux-Dits
Mars 2008
192 pages
230 illustrations
Prix 42 euros TTC
ISBN version française 978-2-914528-49-8
ISBN version allemande 978-2-914528-50-4

Photo de couverture : détail du gisant de Philippe de Werd, église Saint-Guillaume de Strasbourg.
Illustration de l’article : couvent de récollets puis de jésuites de Saverne, vue de trois-quarts du cloître vers le sud-est.
Les deux photographies ont été réalisées par Claude Menninger, (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

hohneck

Une architecture pour l‘estive : les marcairies de la vallée de Munster

couv_marcairerieIssu de la collection Parcours du Patrimoine, cet ouvrage est le fruit d’une enquête d’inventaire du patrimoine du canton de Munster (Haut-Rhin) conduite en 2003-2004 par le Service de l’Inventaire et du Patrimoine de la Région Alsace. Il succède au Parcours consacré au patrimoine industriel de ce canton paru en mai 2008. Guide de découverte thématique sur les marcairies de la vallée de Munster, il se veut pratique à emporter et à consulter lors de randonnées de par son format et son nombre de pages. Pour simplifier son accès, il est scindé en deux parties.

La première est une synthèse historique en trois chapitres traitant de l’évolution de la pratique de l’estive du Moyen Age à l’après seconde guerre mondiale, de la typologie architecturale des marcairies et de l’histoire de la fabrication du fromage de Munster. La seconde propose quatre itinéraires de découverte du territoire de l’estive, comportant 21 monographies de marcairies (aujourd’hui auberges ou fermes-auberges) sélectionnées pour leur intérêt historique et architectural et l’environnement dans lequel elles s’insèrent. Un glossaire, une bibliographie sommaire et un répertoire des sources viennent compléter le texte. Une centaine de photographies professionnelles et des reproductions de documents anciens (cartes topographiques, cartes postales et plans d’architecte) tirés des archives départementales et communales, de collections particulières et de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg illustrent l’ensemble. Une carte physique présente le territoire et quatre cartes viennent à l’appui des itinéraires.

Parcours du Patrimoine n°359, Editions Lieux-Dits
Octobre 2010
72 pages
100 illustrations
Prix de vente 8,5 euros TTC
ISBN 978-2-36219-005-6

Photo de couverture : Petite marcairie au coeur du pâturage de Landersen à Sondernach.
Illustration de l’article : la chaume du versant oriental du Hohneck, avec le Petit Honeck dans le prolongement.
Les deux photographies ont été réalisées par Christophe Hamm (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

Sismomètre horizontal Mintrop.
Claude Menninger, Frédéric Harster (c) Région Alsace - Inventaire général / Unicversité de Strasbourg - Jardin des Sciences

Mesurer les séismes, la station de sismologie de Strasbourg

couv_sismoL’université de Strasbourg est riche d’un patrimoine scientifique, tant architectural qu’instrumental, au sein duquel la station centrale de sismologie de Strasbourg, aujourd’hui transformée en musée de sismologie et de magnétisme terrestre, occupe une place particulière. Édifiée en 1900 grâce à l’action d’un homme, Georg Gerland, directeur de l’institut géographique, cette modeste construction en brique contraste avec l’allure imposante des bâtiments de style néo-classique qui l’entourent dans les jardins de l’université. Elle n’en abrite pas moins une des collections d’instruments de sismologie les plus importantes rassemblées dans un même édifice. Le musée, ouvert depuis 1996, permet au visiteur, à travers les instruments exposés, de découvrir la sismologie et l’histoire de cette science naissante, liée étroitement à celle de la ville de Strasbourg et de son université.

L’ouvrage présente dans une première partie l’histoire de la station de sismologie à travers le récit de l’émergence d’une science qui s’impose d’emblée sous la forme de réseau à l’échelle internationale. Il se poursuit par une visite en deux étapes : le bâtiment dont l’apparente austérité cache une architecture innovante, suivant les critères imposés par Gerland pour assurer au lieu la plus grande stabilité thermique, hydrographique et sismique, et garantir les meilleures conditions de mesure ; la collection de sismologie, constituée d’une vingtaine d’instruments. Certains furent utilisés dans la station par ceux qui furent les pionniers de cette nouvelle discipline (les sismomètres Rebeur-Ehlert, Wiechert, Mainka, Vincentini ou encore le fameux « 19 tonnes ») tandis que le reste de la collection illustre les étapes de l’évolution technologique qu’a connu la sismologie tout au long du XX° siècle.Tout au long de ces deux chapitres, des encarts permettent de découvrir le parcours des hommes et l’action des institutions qui ont marqué l’histoire des sciences de la Terre à Strasbourg.

Parcours du Patrimoine n°363, Editions Lieux-Dits
Août 2011
64 pages
Prix de vente 7,5 euros TTC
ISBN 978-2-36219-038-4

Photo de couverture : sismomètre horizontal Wiechert, Claude Menninger (c) Région Alsace – Inventaire général / Université de Strasbourg – Jardin des Sciences
Illustration de l’article :
sismomètre horizontal Mintrop, Claude Menninger et Frédéric Harster (c) Région Alsace – Inventaire général / Université de Strasbourg – Jardin des Sciences

Lire la suite

Vue de la ville de Munster et de la partie médiane de la vallée, depuis le sommet du Katzenkoepfle dans la Grande Vallée à l'ouest.
Christophe Hamm (c) Région Alsace - Inventaire général

La vallée de Munster

couv_vallee_munsterSur le versant oriental du massif des Vosges, la vallée de Munster ou vallée de la Fecht se déploie de la grande crête, qui trace la frontière avec les Hautes Vosges lorraines, jusqu’à la plaine d’Alsace pour déboucher à la hauteur de Colmar.

Le canton de Munster en occupe la plus grande partie, dont les seize communes sont rassemblées dans la communauté de communes de la vallée de Munster. Trouvant son origine dans l’établissement d’une communauté monastique vers 660, la ville de Munster offre aujourd’hui, à travers son patrimoine, un résumé de l’histoire religieuse et politique de ce territoire de moyenne montagne.

De grands bâtiments et les vestiges du cloître de l’abbaye bénédictine Saint-Grégoire voisinent avec les bâtiments du pouvoir de la Communauté du Val et de la Ville de Munster, entité politique singulière qui regroupa dix communes jusqu’à sa dissolution en 1847. Encouragée par les moines dès le Moyen Âge, l’exploitation de la montagne par l’élevage, le pastoralisme, la viticulture et l’activité forestière modèle les villages et transforme les paysages par la construction de fermes et de marcairies. La fabrication du fromage de Munster pendant la période de l’estive assure très tôt la réputation de la vallée hors des frontières alsaciennes. Elle constitue aujourd’hui un facteur d’attraction touristique essentiel dans les nombreuses fermes-auberges et auberges qui s’égrènent sur les hautes chaumes.

Profitant de la force motrice des eaux de rivières abondantes, l’industrie cotonnière s’établit dans la vallée à la fin du XVIII° siècle et pour plus d’un siècle et demi. Introduite et dominée par la famille des industriels Hartmann, elle densifie le territoire par l’édification de tissages et de filatures, et par la construction d’habitations d’une grande variété destinées à loger ouvriers, cadres et directeurs. Le paysage se voit également façonné par les exigences de l’activité textile à travers l’endiguement des lacs de montagne, le creusement de canaux hydrauliques alimentant les centrales d’énergie.

La vallée trouve enfin un nouveau visage suite aux destructions considérables de la Grande Guerre, qui ruinent Munster et les communes de la Grande et de la Petite Vallée situées sur la ligne de front. Au cours de l’entre-deux-guerres, plusieurs dizaines d’architectes et d’entrepreneurs œuvrent alors à leur reconstruction intégrale. Des communes nouvelles renaissent ainsi au cœur des paysages les plus pittoresques du massif.

Patrimoine d’Alsace, n°14, Editions Lieux-Dits
Septembre 2011
128 pages
300 illustrations
Prix de vente 25 euros TTC
ISBN 978-2-36219-039-1

Photo de couverture : vue de la haute crête enneigée depuis Horod, avec le Hohneck à gauche.
Illustration de l’article : vue de la ville de Munster et de la partie médiane de la vallée, depuis le sommet du Katzenkoepfle dans la Grande Vallée à l’ouest.
Les deux photographies ont été réalisées par Christophe Hamm (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

Vue du Palais universitaire depuis l'église Saint-Paul, 2011.
Claude Menninger (c) Région Alsace - Inventaire général

L’université impériale de Strasbourg

Couv_UnivStrasbourg_WEBLe traité de Francfort entre la France et la Prusse établit en 1871 l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine qui constituent un nouveau Land impérial de l’Empire allemand. Strasbourg, élevée au rang de capitale de ce territoire, doit témoigner de l’ambition impériale face à la France et être en mesure d’accueillir l’immigration massive d’Allemands de souche ainsi que les institutions liées à sa nouvelle fonction. La ville va faire alors l’objet d’un projet d’extension qui va presque tripler sa superficie.
C’est au cœur de ce nouveau quartier, appelé Neustadt, que l’empereur Guillaume Ier établit une nouvelle université. Ouverte dès 1872, celle-ci est destinée à constituer une vitrine de la science et de la pédagogie allemande et se doit de déployer de vastes moyens dans des installations convenant à la recherche et à l’enseignement. Véritable pivot de l’extension urbaine, cet ensemble prestigieux inauguré en 1884, porte des Pêcheurs, entre l’ancienne cité et les nouveaux quartiers, constitue, dès lors, une référence de l’architecture mise au service de la connaissance scientifique. Après avoir retracé la genèse de l’université, le présent ouvrage convie le lecteur à une promenade au sein des jardins universitaires, en lui faisant découvrir les secrets des bâtiments du campus, ainsi que leurs collections.

Parcours du patrimoine n°375, Éditions Lieux-Dits
72 pages
96 illustrations
Prix de vente 8 euros TTC
ISBN 978-2-36219-049-0

Photo de couverture : vue du jardin du Palais Universitaire.
Illustration de l’article : vue du Palais Universitaire et de la Place de l’Université depuis l’église Saint-Paul.
Les deux photographies ont été réalisées par Claude Menninger (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

grande percée SIP00263526-light

Strasbourg de la Grande-Île à la Neustadt

couv_neustadtStrasbourg au patrimoine mondial de l’Unesco

La Grande-Île, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988, et la Neustadt de Strasbourg témoignent d’influences croisées entre les cultures française et germanique sur le plan de l’architecture et de l’urbanisme.

Strasbourg, la ville et son histoire…

Depuis les origines de la ville fondée sur le castrum romain en 12 av. J-C. jusqu’à la capitale du Reichsland d’Alsace-Lorraine et aujourd’hui de la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, la Ville de Strasbourg a joué le rôle de vecteur d’échanges uniques entre la France et l’Allemagne.

Des monuments alsaciens remarquables

De tous temps, la capitale régionale a démontré sa capacité à s’approprier les styles et courants venus de l’extérieur, notamment gothique, Renaissance et baroque, tout en assurant le rôle de modèle pour d’autres réalisations au-delà de ses frontières, comme c’est le cas par exemple de la cathédrale et de l’université.

Ouvrage publié sous la direction de la Mission Patrimoine de la Ville de Strasbourg avec le concours du Service de l’Inventaire du Patrimoine de la Région Alsace champagne-Ardenne Lorraine.

Éditions Lieux-Dits
Août 2013
256 pages
192 images
Prix de vente 30 euros TTC
ISBN 978-2-362190-88-9

Photo de couverture : Luc Boegly (c) Ville et Communauté urbaine de Strasbourg.
Illustration de l’article : la Grande Percée de la Rue du 22-Novembre, Frédéric Harster (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine – Inventaire général.

Lire la suite

L’Alsace au coeur du Moyen-Âge

Avant d’être un joyau de l’art gothique, la cathédrale de Strasbourg fut une basilique romane majeure qui a célébré, en 2015, le millénaire de sa fondation. Ce jubilé offrait l’opportunité de poser un regard nouveau sur cet édifice emblématique.

A cette occasion, le Service de l’Inventaire du Patrimoine a choisi de dresser un panorama de l’Alsace et du Rhin supérieur à l’époque romane au travers, à la fois, d’une exposition et d’une publication. On ne saurait en effet saisir toute l’importance de la cathédrale sans prendre en compte son contexte politique et religieux, ainsi que les autres édifices des XIe et XIIe siècles.

Exposition présentée à la Maison de la Région  Alsace du 10 septembre au 2 octobre 2015 puis à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme (MISHA) du 8 octobre au 24 novembre 2015.

Téléchargez le dossier de présentation de l’exposition (format PDF)

Retour aux expositions.

Lire la suite

Portraits d’un nouveau territoire

Image 013

Les photographies présentées ici sont issues des fonds du trois services régionaux d’Inventaire général du Patrimoine culturel. Fruits de plusieurs décennies d’enquêtes récentes ou plus anciennes portant sur l’ensemble du territoire de la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, elles témoignent de la richesse de ses diversités et de ses convergences.

L’approche retenue, du général au particulier, du territoire à l’objet, permet d’embrasser l’étendue du champ patrimonial et d’enjamber près de vingt siècles d’histoire.

Si toute sélection implique un choix et, par conséquent, un renoncement, celui-ci ne s’est pas fait en fonction de l’intérêt patrimonial du territoire, de l’édifice ou de l’objet représenté mais selon la capacité de chacun de ces clichés à offrir au regard un propos, un point de vue qui interrogent le spectateur sur sa notion de patrimoine et son rapport au territoire.
Ce n’est donc ni une synthèse, ni un résumé patrimonial mais bien une mosaïque qui est ici proposée pour porter un regard curieux sur notre nouvelle Région.

Ces portraits d’un nouveau territoire constituent la première exposition commune aux trois services de l’Inventaire d’Alsace, de Lorraine et de Champagne-Ardenne. Elle a été présentée à la Maison de la Région à Strasbourg durant le mois de février 2016. Elle a vocation a être installée en plusieurs lieux du territoire de la nouvelle Région. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez emprunter cette exposition composée de tirages et panneaux.

Retour aux expositions.

Lire la suite

Cimetière-juif-rue-du-Haut-Barr-Saverne-2005

Entre nature et patrimoine

Temple du Donon C. MenningerProposée à l’occasion du 50ème anniversaire du Service de l’Inventaire du Patrimoine, l’exposition met en avant le stimulant dialogue entretenu entre nature et patrimoine, vu à travers l’oeil des photographes de l’Inventaire. Ce panorama en 45 clichés illustre la grande diversité du territoire alsacien, aussi bien urbain que rural. Au-delà, il offre une vision photographique plus personnelle des paysages et de leurs métamorphoses.

C’est sous l’angle de leur complémentarité, et non pas comme deux contraires, que l’exposition explore les relations croisées entre nature et patrimoine bâti. Sans viser l’exhaustivité, elle présente une mosaïque de sites où le bâti interagit avec son environnement. Entre nécessité et jeu de miroirs, chacun façonne inévitablement l’autre. La nature domestiquée des jardins et des villes côtoie ici les grands espaces que l’homme transforme au gré de ses besoins, de ses moyens et de ses envies, et qui forgent l’identité des lieux.

Avant tout l’exposition pose un regard personnel sur ces sites où nature et patrimoine s’entrelacent, celui des photographes de l’Inventaire. Autant de témoignages visuels qui, au-delà de l’exigence documentaire, traduisent inévitablement la singularité du regard de chacun tout en y gagnant un supplément d’âme. Savoir-faire, contraintes et sensibilité se conjuguent ainsi pour offrir une image à la fois fidèle et unique des sites inventoriés.

Les photographes :
Jean Erfurth, Christophe Hamm, Frédéric Harster, Claude Menninger, Jean-Claude Stamm, Frantisek Zvardon

L’exposition a été présentée au Palais du Rhin à Strasbourg lors des Journées du Patrimoine en septembre 2014, puis à la Maison de la Région Alsace.

Découvrez l’exposition ci-dessous ou téléchargez le dossier en pdf. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez emprunter cette exposition composée de tirages et panneaux.

Retour aux expositions.

Lire la suite

Portraits d’un nouveau territoire

Portraits d’un nouveau territoire constitue la première exposition commune aux trois services de l’Inventaire d’Alsace, de Lorraine et de Champagne-Ardenne. Elle a été présentée sur le site de Strasbourg durant le mois de février 2016.

Les photographies présentées ici sont issues du fonds des trois services régionaux d’Inventaire général du Patrimoine culturel. Fruits de plusieurs décennies d’enquêtes récentes ou plus anciennes portant sur l’ensemble du territoire de la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, elles témoignent de la richesse de ses diversités et de ses convergences.

L’approche retenue, du général au particulier, du territoire à l’objet, permet d’embrasser l’étendue du champ patrimonial et d’enjamber près de vingt siècles d’histoire.

Lire la suite

Faculté de droit, Strasbourg. 
Claude Menninger, 2007.

La Faculté de droit de Strasbourg

Après la Seconde Guerre mondiale, la construction du nouveau campus de l’Esplanade est venue enrichir le patrimoine universitaire de Strasbourg. Conçu dans les années 1960, celui-ci est un des rares exemples en France (et dans le monde) de campus construit au sein de la ville. Il a été élaboré d’après les plans de deux architectes renommés, Charles-Gustave Stoskopf et Roger Hummel. Organisé de manière monumentale, le campus s’articule autour de quelques édifices remarquables, tels que la faculté de droit et l’institut de chimie. Ces deux bâtiments, symboles de modernité, ont été conçus selon les dernières innovations techniques de l’époque. D’une conception typique des années 1960, ils possèdent en outre des qualités esthétiques indéniables, et plus particulièrement la faculté de droit. Long croissant tourné vers le centre historique de la ville, cet édifice audacieux se reconnaît aux couleurs rouge et bleu qui ornent sa façade.

Après avoir replacé la construction de la faculté de droit dans son contexte historique et géographique, cet ouvrage propose une visite de l’extérieur puis de l’intérieur du bâtiment.

L’ouvrage, paru en 2012, a été rédigé par Lucie Mosca. La couverture photographique a été assurée par Frédéric Harster.

Parcours du Patrimoine n°381, Editions Lieux-Dits
Novembre 2012
64 pages
97 images

Lire la suite

Brasserie Adelshoffen à Schiltigheim. 
Frédéric Harster, 2007

Brasserie Adelshoffen à Schiltigheim

Brasserie Adelshoffen à Schiltigheim. Frédéric Harster, 2007
Brasserie Adelshoffen à Schiltigheim.
Frédéric Harster, 2007

La brasserie Adelshoffen fut fondée en 1862 par la famille Ehrhardt. Il s’agit de la seule brasserie de type industrielle de Schiltigheim, qui ne fut pas d’origine strasbourgeoise. Elle connut un développement rapide, avec après la Guerre de 1870, l’achat des Brasseries de la Meuse à Bar-le-Duc en 1887 afin de contourner la législation douanière et de conserver la clientèle française. En 1883, le capital fut augmenté et elle passa sous le contrôle de la Brasserie du Hahnenbrau, ce qui entraîna un changement de raison sociale Strassburger Münsterbrau A. G. Elle fut mise sous séquestre après 1918 et rachetée par la Brasserie du Pêcheur. Elle ferma ses portes le 31 août 2000. La ville acheta le terrain en 2002, et l’ensemble des édifices, à l’exception d’un seul, celui appelé Villa Weber, fut rasé en 2008. Deux caves furent conservées, l’une se trouvant sous l’ancienne huilerie et l’autre une ancienne cave de fermentation.

Extrait du dossier d’inventaire réalisé par Olivier Haegel en 2009.

Lire la suite

Illustation ecran presentation

Jeu de piste « Le mystère de l’épouvantail »


visuel_jeu_de_pisteBonjour, je suis Alice, passionnée d’enquêtes et de mystères. Je me retrouve face à une étrange histoire et j’ai besoin de votre aide…  

C’est la panique ! Depuis la nuit dernière, un épouvantail rôde dans le quartier de la gare. Les habitants, complètement affolés, m’ont chargé de le retrouver. Nous sommes à Strasbourg en 1910, ensemble, partons sur les traces de l’épouvantail grâce aux indices et témoins dispersés dans la Neustadt.

Ouvrez l’œil ! Les témoins que nous allons rencontrer sont la clé pour résoudre ce mystère !

Pour aider Alice à résoudre le mystère de l’épouvantail, téléchargez ou lancez, depuis votre smartphone, l’application Neustadt disponible pour iOS et Androïd. Le jeu de piste sera accessible dès l’écran d’accueil.

Lire la suite